soyez les bienvenus sur VAM votre forum d'architecture inscrivez vous pour voir touts les sujets


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion    
Derniers sujets
..
le forum des étudients de toutes les branches vision
liens importants
sites ; forums ...... cherchez vos documentations ici
Meilleurs posteurs
VAM.
 
VAM
 
Sarah
 
cheiro88
 
nasrus black
 
archi-girl
 
zor_khe
 
bigarchi
 
statistiques
hommage
hommage a notre sœur B.Rachida 1000 rahma 3lik إنا لله و إن إليه راجعون cliquez sur la photos

Partagez | 
 

 l'urbanisme...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
VAM.
Admin


Messages : 188
Date d'inscription : 27/07/2009
Age : 27
Localisation : Mostaganem

MessageSujet: l'urbanisme...   Jeu 15 Oct - 13:32


l'urbanisme

Un mot récent; à peine centenaire. Une pratique dont le passé n'a pas d’age

introduction :
( résumé)
pendant des millénaires, la ville a lentement grandi, Au début du XIXé siécle , avec
le développement de l'industrie en Europe, sa croissance rapide et désordonnée met en cause sa vraie raison d'être, à savoir être un foyer de civilisation, pour corriger cette évolution, des modes
d'intervention sont alors proposés par divers théoriciens . Plus tard en 1867, avec l'ingénieur Ildefons Cerdà apparaît le néologisme espagnol urbanizacién, pour désigner ce qu'il conçoit être une science de l'organisation spatiale des villes, En France, à partir de 1910, le mot est utilisé dans quelques écrits,
avant ta fondation en 1914 de la Société française des architectes urbanistes, sous la
présidence d'Eugène Hénard (1849-1923), pour «organiser et aménager la ville». Depuis près d'un siècle, avec l'extension continue des villes et l'évolution du mode de vie, l'urbanisme s'est manifesté diversement et parfois efficacement. À l'approche du XXIe siècle, la croissance des agglomérations s'accélère. Bientôt,
la moitié de la population mondiale sera urbaine. Cet accroissement spontané, abondant, confus pose à l'urbanisme de vastes et graves problèmes sociaux, économiques et techniques qu'il tente de résoudra par « une double démarche à la fais théorique et pratique», selon Françoise Choay, professeur émérite d'université.


l'urbanisme Avant la révolution industrielle.

Pendant
longtemps, les villes n'ont pas été considérées comme des
agglomérations d'hommes, mais comme des cités. Ce qui prévalait donc
était les institutions, les équipements et les voies de communications.

Les
Romains organisaient leurs villes géométriquement en fonction de deux
voies principales perpendiculaires dont on retrouve encore les traces
encore dans les plans de nombreuses villes. Par exemple, à Bordeaux, la
rue Sainte-Catherine (près de 3 km, en rouge sur le plan) était l'une
d'elles et le tracé de la plupart des rues qui la coupe
perpendiculairement datent certainement de cette époque.

Dans
pratiquement toutes les anciennes villes fortifiées, on distingue
encore également le tracé des anciennes fortifications qui ont
généralement été remplacées par des boulevards. Je vous laisse deviner
où se trouvaient les remparts de Bordeaux sur ce plan (à ne pas
confondre avec la rocade beaucoup plus récente).

Vous
aurez compris que le temps est un paramètre essentiel pour comprendre
et penser l'aménagement des villes. Ce qui a été fait hier, ce qui est
fait aujourd'hui, petits ou grands projets, tous ont une répercution,
minimes ou très importantes, pendant des années, voire des siècles.
Leur ampleur n'est d'ailleurs pas forcément proportionnelle à l'effet
immédiat qu'entraîne un aménagement.


La Révolution industrielle.
Avec l'ère industrielle du XIXe
siècle, les villes ont connu une croissance fulgurante (de 1850 à 1970,
la population de Paris double, celle de Bordeaux passe de 91 000 en
1801 à 258 000 en 1938).


Pour faire
face à celle-ci, vont apparaître de nouvelles formes de plannification
et d'interventions. Avec le triomphe de la "Raison" issue du Siècle des
Lumières, l'objectif est d'adapter la ville à la Révolution
industrielle:
nouvelles voies, nouveaux modes de déplacements et de transports
(train, métro, voitures), nouveaux réseaux (eau, électricité),
préoccupations hygiénistes (comment éliminer les quartiers insalubres),
...


Deux exemples célèbres:

1. Cerdá à Barcelone
1859



Ildefons
Cerdà prévoyait que le nouveau centre de la ville serait l'intersection
de la Gran Via de les Corts Catalans avec la Diagonal (la Plaça de les
Glories), mais c'est la Plaça Catalunya qui devint le nouveau centre de
la ville, antichambre de l'Eixample.
Il renonce à son poste d'ingénieur des Ponts et Chaussées pour se dédier à la création d'une nouvelle discipline : l'Urbanisme.
Sa
conception, conforme à sa Théorie Générale del'Urbanisme (1867)
prévoyait la création de quartiers dotés d'infrastructures de base, et,
à la périphérie, les infrastructures plus lourdes. 1855 il publie son avant-projet, 1859 voit la présentation du Plan Cerdá pour Barcelone, 1861, de l'Avant-projet de
Réforme
Intérieure de Madrid, et en 1863 la Réélaboration. Le plan Cerdá fut
choisi par Madrid en 1860 (l'Ajuntament de Barcelona avait préféré
celui de Antoni Rovira i Trias, plus conventionnel).


Ildefons Cerdá étudia les problèmes d'urbanisme d'autres villes européennes et proposa une
solution technique et aseptisée qui est toujours valide dans ses grandes lignes 150 ans après.





Cerdá voulait ses blocs ouverts sur des jardins privés ; certes ses illas
fleuries sont totalement construites, et le trafic poussa à la
construction des boulevards périphériques pour les Olympiades de 1992,
mais Ildefons Cerdá dota l'Eixample d'un grand dynamisme en prévoyant
une structure en quartiers. Il avait été impressionné par l'invention
du chemin de fer et pensait à juste titre que l'avenir serait à une
augmentation de la mobilité.

D'une part, les blocs sont orientés avec leurs pointes vers les points cardinaux : cela permet
à
qu'aucune des faces ne soit orientée complètement au sud ou au nord,
donc cela permet une illumination plus équitable, mais aussi une
meilleure répartition de la chaleur solaire. Chez Cerdá, l'égalité
d'accès des habitants à la ventilation, à la lumière, la liberté
individuelle, à l'intimité familiale
et l'accès aux services communautaires est un élément clé de ses projets.
Ses blocs de 113,33 mètres séparés par des rues de 20 (à l'époque vues comme exagérément larges)
forment
un tissu régulier. Les rues sont prévues pour la circulation - à
l'époque complètement futuriste - de machines de transport et les
angles arrondis des manzanas, les xamfrá (du français champ franc) permettent d'alléger la structure des bâtiments en plus de permettre à ces futures
machines
de tourner (!). En prolongeant l'Avinguda Paral·lel et la Meridiana, on
voit que leur intersection se trouve à la tour de l'Horloge du vieux
port. Sur des éléments comme celui-ci, Cerdá montre des tendances
symbolistes dans son projet.

En
1871 il devint membre de la Diputación de Barcelona, et sous la
Première République (1873-1874), Président en fonctions de la
Diputación. Vous pourrez trouver une statue grandeur nature Plaça Rovira i Trias (Gràcia), avec une plaque de bronze de ce plan.


2. Haussmann à Paris 1853 - 1870

Baron HAUSSMANN
Haussmann
va pouvoir se mettre à l'œuvre. Pendant 17 ans la capitale devient un
immense chantier au service d'un projet d'urbanisme qui transforme
définitivement le visage de Paris.

En 1850,
Paris est une ville où les conditions d'hygiène sont quasi-inexistantes
; nombreuses sont les rues qui ont pour égout leur caniveau central.
Les rues sont étroites, sinueuses, insalubres ; ni l'air, ni le soleil
ne peuvent y pénétrer. La misère, les maladies, la mortalité infantile
s'épanouissent. Le percement de nouvelles artères doit servir tout
autant à faire pénétrer l'air et la lumière qu'à faciliter la
répression des émeutes.


L'urbanisme moderne.

il se résume dans :


4 fonction clés : se récrier , habiter, travailler ,et circuler , et 3 matériaux: espace ,verdure et soleil
Pour
simplifier, on peut distinguer deux grands courants d'urbanisme pendant
le XXe siècle (jusqu'à la fin des années 70): le courant progessiste et
le courant culturaliste.


Le courant progressiste: être fonctionnel et efficace.

Dans
la lignée de Cerdá et Haussmann (voir précédemment), ses tenants (le
Corbusier est le plus connu) considèrent que la ville doit être un
ensemble fonctionnel et harmonieux adapté aux besoins de l'Homme
moderne (et universel).

A cette fin,
elle est divisée en zones spécialisées (habitat, travail, loisirs, ...)
tandis qu'est créé un maillage de ciculation différenciant les voies
(voies rapides jusque dans les centres-villes, voies de desserte, voies
piétonnes, ...). L'automobile est privilégiée.


Voici la proposition de le Corbusier pour Paris en 1925:



La géométrie est préconisée par efficacité et esthétisme.
C'est toute la ville traditionnelle qui est rejetée. Il faut faire
table rase du passé. A la rue bordée d'immeubles est préférée une
nouvelle forme urbaines de constructions en hauteur entourées de
verdure.

Les "Unités d'habitation"
construites par celui-ci contiennent non seulement de nombreux
logements, mais aussi des équipements publics (école, piscine, ...) et
des commerces.


Lorsque furent
construits les grands ensembles pour répondre à la crise d'après-guerre
du logement, on ne retint de ce concept que la possibilité de loger à
moindre coût de nombreuses familles. On connait la suite.

Ces doctrines ont connue une audience très importante en France et ont donc marqué nos villes.

Courant culturaliste: l'âme de la ville.

A
l'inverse, le courant culturaliste se distingue par son respect de la
ville, de ses traditions et de ses habitants. Chaque ville est unique,
chaque ville a une âme différente. Elle n'est pas homogène, chaque
particularité l'enrichie.


Pour agir
dans la continuité, il faut donc réaliser de nombreuses études (données
démographiques, géographiques, sociales, culturelles, architecturales,
...).


Le risque est de s'enfermer
dans une vision nostalgique qui ne permet à la ville ni de s'adapter à
son présent, ni de se préparer à son futur.


Fonctionnalisme urbanistique

La définition actuelle de l'urba­nisme traduit un mode fonction­naliste de raisonnement et de pratique.
Un
autre point de vue définirait un autre champ. Un changement de méthode
remet en cause le domaine (voir «Urba­nisme»l et l'introduction du
répertoire.


La charte d'Athènes, en prônant le fonctionnalisme, a conduit à décomposer la ville en fragments
Le
zonage, comme opération clé de l'urbanisme, est devenu théo­rie à
partir de la critique de la ville prolétaire et polluée issue de la
révolution industrielle. Cette théorie est devenue opération­nelle à
grande échelle quand l'occasion historique s'est pré­sentée :-la
reconstruction après la Seconde Guerre
mondiale et l'explosion
démographique qui ont entraîné une vague d'urbani­sation sans
précédent. Mais les raisons historiques qui avaient conduit au zonage
étaient depuis longtemps dépassées.


Tendances actuelles.

Après une phase d'euphorie, l'urbanisme progressiste a suscité une critique croissante.
On
observe ainsi un retour à une structure urbaine plus traditionnelle
conformément aux thèses culturalistes (rues, mixité fonctionnelle, ...)
tout en intégrant les acquis du courant progressiste (l'espace, les
réseaux de circulation,...).

Les limites
de la ville, elles, s'étendent englobant de plus en plus de communes.
Même les communes rurales se regroupent. Dans le même temps, la
mondialisation oblige les villes à ne plus se positionner seulement par
rapport à leur environnement régional ou national, mais mondial.


bibliographie:

. MILCHEL WEILL, l'urbansime , les essentiels MILAN , l'année d'édition ...???
. CLAIRE ET MICHELLE DUPLAY , méthode illustrée de création architecturale, Moniteur , 1982.
. belan.over-blog
. snat
. geocities
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://v-a-m.forumactif.com
 
l'urbanisme...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» architecture 2D 3D
» bureau d'étude d'architecte paysagiste & urbaniste à Draguignan (Var)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
soyez les bienvenus sur VAM votre forum d'architecture inscrivez vous pour voir touts les sujets :: 4éme année :: urbanisme-
Sauter vers: